Tjenbé bèl pou viv-li bien...

Homme en Corps-Palétuvier

Je suis d’une mangrove
Moi l’homme-palétuvier

Né en graine-flèche
Lancé et tombé
De ma généalogie

Pénétré
Air eau
Humus salé
Jusqu’au fond de la vase
Une terre volcanique
Minérale sur abyssale tectonique

Là sous le feu du ciel
Les pieds dans l’eau
Dans la ventilation de nos dialogues
D’air porteur de nos gamètes
La mer est là en rara
Me caressant par mouvement de marée
Entraînant les sédiments de brisures de corail
Un nannan

Lui qui dans le mouvement
Se mélange
Aux sédiments de la terre des mornes
descendus par érosion
La trace de Manman Dlo riviè
Un nannan venu à l’estuaire

Pour un nannan mélangé
Cuisiné par Manman Dlo
Au rivage

De marée en marée
Mwen démaré monté

Démultiplié mes racines
Accrochées à un tronc-corps
Planté en bout à la source de nutriments
Nannan mélangé qui prend corps

Vivre mon lieu hors du tourment
Lieu sanctuaire de vie firmament

Je suis d’une mangrove
Ce lieu du Peuple-Palétuvier
Debout en élémentaire vivier

An bòdaj
Voilà une nursery à mes pieds
Au symbole de la fertilité

Là où
La vie en toutes ses espèces
Vient s’abriter et féconder
En ce lieu de richesse-nannan
La perpétuité d’une Nature vivante

Moi l’homme-palétuvier
Suspendu entre les éléments
Je m’élève de mes racines
Nourrit d’eau, de terre et d’air
Vénérant le feu du ciel en soleil

Suçant les nutriments de la Terre
En système rhizome abreuvé de l’eau
Qui de mon feuillage en similaire tracé
De mes racines tordues d’adaptabilité
À la raison de ma verticalité
S’ouvre au Soleil Feu du Ciel
Dansant au vent la chorégraphie de ma fertilité

À la lumière maîtresse de ma chlorophylle
Là où mes feuilles vertes sont l’espoir
Qui de photosynthèse génèrent
Les fleurs jaunes de la mangrove

De mes branches se lance
Ma descendance en graine-flèche
Pénétrer le lieu où s’élève en corps
Mon Peuple-Palétuvier toujours plus dense

Qui danse au chant du vent d’Alizé
Amoureux de l’île mon péyi
Au chant de la régénération
De ma vital présence an bòdaj

Une vie de ma Nature rhizomique
Qui dessine mon corps-chemin
Vers la lumière d’un destin
En corps d’homme corps-palétuvier

 

Commentaire:

C’est qu’il y a quelque temps déjà que je suis omnibulé par la mangrove. D’une part, en tant qu’espace et lieu de vie fort intense à vivre; et d’autre part, en ce qu’elle représente une illustration de ce qu’est notre culture pour l’humanité.

Un lieu de régénération, lui qui l’illustre cette façon que nous avons de nous adapter aux contextes et conditions les plus difficiles; et d’y vivre et d’y prospérer tout de même. Ainsi, ai-je le projet d’écrire un texte sur ce que j’ai nommé le « Mangrovisme » à l’époque où j’étais étudiant.

Aujourd’hui je partage ce poème venu d’une inspiration qui nait de la publication du poème Manman Baobab dont une amie me fait un retour en me nommant pour l’occasion « Homme-Palétuvier ». Waw… Voilà ce qu’est pour moi la poésie une proposition au dialogue inspiré…

Portez vous bien en bonne forme et en bonne humeur, tjenbé bèl…

 


RELATED POST

  1. beverly

    31 décembre

    coucou Malik
    le temps s Est arrêté pour moi le 28 mai et je ne prends connaissance de ce poème, de cette envolée qu’aujourd’hui.
    il est une réponse à tant de questions… transposé je suis le nannan de tant de choses et vient d’en prendre conscience grâce à tes images.
    la femme paletuvier que je suis t en remercie.
    merci Malik de voir et percevoir le beau, l essence des choses sans faux-fuyants .
    merci pour ta liberté et ton audace

Exprimer

INSTAGRAM
LÉSANS SYÈL DLO TÈ DIFÉ