Tjenbé bèl pou viv-li bien...
READING

La Fanmi Fondal Natal

La Fanmi Fondal Natal

Ou paka tire boyo pou mété pay

 

Tjwit Yich ba Manman manjé

Manman paka manjé…

Tjwit Manman ba Yich manjé

Yich ké manjé…

Manman fè Yich

Yich fè Manman

Manman sé bol a kouvèti

Primyé fanmiyou sé vwazenw

 

L’Association Martiniquaise des Aidants Familiaux

L’évolution démographique allant par le vieillissement de la population, la nucléarisation du modèle familiale et son éclatement territorial, le choix de rester vivre chez soi ou l’assignation à résidence de certains aînés, sont autant d’éléments qui donnent une place prépondérante aux aidants familiaux. Ils sont devenus des interlocuteurs clés créant un lien efficace entre la personne dépendante et les aidants professionnels.

Environ plus de 10 000 aidants familiaux en Martinique, qui sont autant d’acteurs de la solidarité au sein de la famille. Ceux qui œuvrent au quotidien pour le bien-être d’un proche dépendant, malade ou handicapé. Un rôle nécessaire et primordial qui mérite que l’on leur porte une attention toute particulière. Il y a parent, ami, allié, voisin qui jour après jour, accompagnent des individus vulnérable et en situation d’isolement.

Les aidants familiaux sont donc acteurs clés de notre société. Car, ils agissent au quotidien sur la Solidarité familiale et sur le lien de famille. Ils en sont les experts du quotidien et sont les militants d’une cause qui est celle de la dignité des familles.

 

Synopsis du Film documentaire

 

C’est un cheminement, un aller-à-la-rencontre de la famille martiniquaise dans les lieux de son quotidien entendre le témoignage de ceux qui ont fait de la famille une ressource face aux problématiques de l’isolement, de la dépendance et du lien intergénérationnelle.

De Man Stéphanie à tous ces acteurs d’un quotidien, de Delphine à Bertrand à Blanche à Garry le yish péyi-a à Fred le psychologue, ceux-là même pour qui la quête de bien-être est le lien d’entre ceux qui vivent ensemble ; ceux repoussant à chaque fois les limites de l’individualisme et des manques sociaux.

Car, le besoin est celui de la rencontre et de la relation; il est question dans ce film d’une recherche incessante du discours de témoignage au langage d’amour et à la sagesse de chaque jour par la patience et l’écoute pour supporter une réalité. Elle qui construit plusieurs courages et donc plusieurs gestes de personnalités témoignant de ce que l’empathie peut être à la base de la conservation d’un patrimoine immatériel non des moindres ; puisqu’il s’agit de la relation d’aide et d’accompagnement au service de la transmission.

C’est le film d’actualité d’un peuple se faisant famille par nécessité de résister aux aléas de la société martiniquaise dans un Monde qui se doit d’entendre sa particularité faite de celle des Familles. Chaque famille est une trajectoire comme chaque corps est un chemin qui a son propre récit qui participe à celui de la société entière…

Voilà ce film qui est une succession de bien-entendus…

 

“Il ne faut plus seulement faire parler;

il faut faire parler…

Soyez à l’écoute… Sans doute…

d’entendre la Pawol…”

 

Malik DURANTY

Autre article sur le sujet


Exprimer

INSTAGRAM
LÉSANS SYÈL DLO TÈ DIFÉ