Tjenbé bèl pou viv-li bien...

Manman Baobab

Tu es le sacré

Là où nait et s’entretient la palabre
Au creux de tes oreilles se libèrent les confidences

De ton ventre tronc nait
Les fruits à plusieurs graines
Qui démultiplient la vie
En ces voies à voix multiples de Nous

Tu es gorgée d’eau
En tout apparence massive
Portant une couronne
Aux branches généalogiques

Ta superbe pendant neuf mois
Fait de toi l’arbre à l’envers
Toi concentrée sur tes racines
Qui créé le fruit de la lignée

Ta peau lisse
Enveloppe ta chair créatrice
En toi une nymphe mole et spongieuse
Confortable au premier temps de la vie
Te traversant pour naître au jour

Tu fleuriras
Aux premiers mois de la saison des pluies
Quand se déploie dans l’atmosphère
Les conditions du fertile et du fécond

Manman Baobab
Tes fruits oblongues
Donneront à naitre
Par l’ouverture d’une coque
Dure et ligneuse
Les graines de notre multiplication

Manman Baobab
Nourrit Nous
De tes fruits comestibles
Au goût acidulé
Qui de ton caractère
Ravit le corps-vivant

Graine grillée
Huile à manger
Liant nutriment
Et rafraîchissement
Par pulpe hydraté
Un jus de bouyé
Mêlé de lait et de sucre

Manman Baobab
Tu es symbole du sein nourrisseur
D’une mère amoureuse
Qui se donnerait tout entière
À manger à ces enfants
Par la succulence de son corps entier

Tout en corps Racine
Manman tu es un Baobab…

Malik

Commentaire

Texte poétique inspiré d’une photographie prise au coeur de Harlem à New York.  Elle présente une femme portant son enfant à la mode Africaine à côté d’un Baobab humisé. C’est une vision qui m’inspira le lien de la mère avec cet arbre symbolique d’Afrique.

Il est cet arbre fort en symbolique autour duquel s’organise la vie sociale, culturelle et cultuelle.

D’où, ce poème dévoile comme le Baobab possède des similitudes avec la mère, par le fait de son placement au centre des intentions de notre vivre-ensemble menant par fertilité et fécondité à la reproduction et la perpétuation des lignées de notre humanité.

Ce sont des similitudes fortes et essentielles de notre humanité avec la vie de la nature qui nous contient. C’est une façon comme une autre de montrer comme nous sommes liés aux phénomènes naturels et leurs manifestations  en corps et en symbolique.

Un poème en Harlem dédié fortement à ma mère, mes grands mères, mes tantes, ma sœur et à la femme de ma vie, qui en un sens, sont les symboles de la part féminine de l’humanité entière et de mon humanité en coeur en centre corps de mon intention au Monde.

En somme, la nature qui contient les symboles de  notre vie propre au Natwal Mistik…


RELATED POST

  1. Val

    15 avril

    Vibrant hommage à cet arbre majestueux…

Exprimer

INSTAGRAM
LÉSANS SYÈL DLO TÈ DIFÉ